Auto hypnose, petit guide pour bien commencer !

Auto hypnose, petit guide pour bien commencer !

5 novembre 2019

Nous avons généralement une vision bien particulière de l’hypnose qui peut être un peu biaisée, notamment à cause des shows télévisés que l’on a l’habitude de voir avec un sujet manipulé, poussé à faire des choses ridicules contre son gré devant une audience hilare.

Avec cette vision en tête, si je vous demande si vous êtes tenté de tester l’hypnose, il y a de fortes chances que vous me répondiez par la négative.

L’hypnose a également une image de charlatanisme, beaucoup n’y croient pas parce qu’elle est selon eux régie par des lois qui n’ont rien de rationnel. Mais il existe pourtant des preuves scientifiques qu’il est bien possible d’être hypnotisé et que cela peut entraîner des changements dans le cerveau.

Et si on essayait de voir ce qu’est réellement l’hypnose et ce à quoi on peut s’attendre avec l’autohypnose ?

Qui a inventé l’hypnose ? Histoire de l’hypnothérapie (version courte)

mesmer
Le baquet magnétique, développé par Mesmer en réponse à l’afflux de patients, est une cuve destinée à des cures collectives. Contenant de l’eau et du verre pilé, le récipient est censé accumuler du « fluide magnétique », que les patients reçoivent en saisissant les tiges de fer sortantes. Mesmer (à droite) dirige la séance.

Ce que l’on considère comme l’hypnose moderne serait apparu dans les années 1700 grâce à Frank Mesmer, un Autrichienqui a donné tout son sens au verbe « mesmerize » qui signifie hypnotiser en anglais.

Mesmer avait une théorie à propos de la nature qu’il appelait « animal magnetism« , il ne parlait pas là de sex appeal, il pensait qu’il existait des fluides magnétiques invisibles qui coulaient à travers des créatures vivantes et disait qu’il pouvait soigner les gens simplement en ajustant ces flux magnétiques à l’aide de lumières tamisées, d’aimants, de musiques et gestes de la main.

Il réussit ainsi à faire entrer en transe certains de ces patients et le pire, c’est que ces derniers guérirent !

Problème, quand les scientifiques ont passé au crible la théorie de Mesmer, ils virent bien entendu que cette théorie des fluides invisibles n’était pas quelque chose de réel.

Frank fut complètement décrédibilisé et les scientifiques ne prirent pas la peine de creuser plus en ce qui concernait la transe thérapeutique de Mesmer….pas jusqu’en 1800 du moins.

Le dossier ne fut ré-ouvert que lorsque le chirurgien James Braid commença à s’intéresser à cette potentielle thérapie, et c’est lui qui eu l’idée du mot « hypnose » (du grec hypnos, le sommeil) pour la décrire.

James trouvait en effet que l’état d’hypnose faisait penser à l’état d’endormissement, ce à quoi adhèrent les psychologues actuels, qualifiant l’hypnose d’état de concentration psychologique (à l’instar de la méditation).

Crédit photo : https://www.pourlascience.fr/sd/histoire-sciences/mesmer-et-la-chute-du-magnetisme-animal-8642.php

Qu’est-ce que l’hypnose et comment ça fonctionne ?

Que savez-vous réellement de l’hypnose ? Vous avez peut être lu que c’est un état de conscience altéré induit par un professionnel (on parle d’hypnothérapie) ou pas vous-même (on parle d’autohypnose).

Vous pouvez vous représenter cet état de conscience altéré comme le fait de n’être pas tout à fait réveillé, mais pas profondément endormi. En fait, cet état, vous vous y plongez seul plusieurs fois par jour, sans même vous en rendre compte !

Certaines de ces situations vous semblent elles familières ?

  • vous prenez la voiture pour vous rendre d’un point A à un point B et vous rendez compte que vous êtes arrivé à votre destination sans même vous souvenir de la route empruntée ou de ce qui s’est passé (parfois même vous êtes à une toute autre destination que celle prévue initialement).
  • vous parlez à votre conjoint alors qu’il est en train de répondre à un texto et il ne vous répond absolument pas, c’est comme s’il ne vous entendait même pas, son attention est entièrement absorbée dans ce qu’il est en train d’écrire.

Ces petites situations du quotidien qui ne vous sont certainement pas étrangères sont représentatives de l’hypnose, ni plus ni moins. La même chose nous arrive tous les soirs au moment de s’endormir.

Mais généralement les gens ont peur de l’hypnose, ils l’associent à du contrôle mental et à l’oeuvre du malin. Ce n’est ni l’un ni l’autre, c’est juste un état de conscience naturel qui altère la concentration.

Les études scientifiques montrent qu’il y a deux parties du cerveau qui sont actives durant l’hypnose, la partie qui contrôle la concentration intense et la partie qui contrôle la relaxation.

Les chercheurs se sont alors rendu compte que l’hémisphère gauche du cerveau qui contrôle la pensée critique et analytique est moins actif que l’hémisphère droit qui contrôle quant à lui la créativité, la fluidité de la pensée, le subconscient et les rêves.

Qu’est ce que cela signifie ?

Simplement que l’hypnose est un « endroit » où vous êtes détendu, concentré et dans lequel vous avez de la créativité et de la fluidité dans vos pensées.

mythe hypnoseVoici donc qui casse d’emblée plusieurs mythes sur l’hypnose :

  1. En sortant de l’hypnose, vous ne vous souviendrez de rien de ce qui s’est passé : VRAI ET FAUX ! Bien que l’amnésie puisse survenir dans de très rares cas, les gens se souviennent généralement de tout ce qui s’est passé pendant l’hypnose. L’amnésie posthypnotique peut amener une personne à oublier certaines choses qui se sont produites avant ou pendant l’hypnose. Toutefois, cet effet est généralement limité et temporaire.
  2. Vous pouvez être hypnotisé contre votre volonté : FAUX ! Malgré les histoires de personnes hypnotisées sans leur consentement, l’hypnose exige une participation volontaire de la part du patient.
  3. L’hypnotiseur a le contrôle total de vos actions pendant que vous êtes sous hypnose : FAUX ! Les gens ont souvent l’impression que leurs actions sous hypnose semblent se produire sans l’influence de leur volonté, un hypnotiseur ne peut pas vous faire faire des actions qui sont contre votre gré.

L’hypnotiseur n’est pas un gourou mystique qui plonge ses sujets dans une transe hypnotique, mais plutôt une sorte de coach dont le rôle est d’aider la personne à se plonger dans cet état de conscience altéré.

Donc n’ayez crainte, vous ne perdrez pas le contrôle durant une séance d’hypnothérapie et n’aurez pas une une expérience déplaisante. Il faut vraiment dissocier l’hypnose thérapeutique de l’hypnose scénique, qui est induite pour le divertissement d’un public.

Bon, maintenant que l’on a vu que cet état d’hypnose n’était finalement pas si terrifiant, voyons à quoi peut-il être utile !

L’hypnothérapie : quand l’hypnose se veut thérapeutique

hypnothérapie

On dit souvent que là où pousse un poison dans la nature, l’antidote n’est jamais très loin…se pourrait t-il qu’il en soit de même dans nos têtes ?

Je m’explique, nous avons tous notre lot de mauvaises pensées qui fleurissent dans nos têtes : « les gens ne changent pas, moi le premier », « je ne pourrais jamais atteindre mon but », « je n’arriverai jamais à arrêter telles ou telles choses, je suis comme ça », etc..

Le problème, c’est que ces pensées récurrentes se manifestent en mauvaises habitudes, comme d’abandonner avant même d’avoir essayé, ou de craindre tellement l’échec que l’on n’essaie même pas vraiment de faire quelque chose…cela vous parle ?

Voici ce que sont nos poisons.

Ce sur quoi on se concentre influence ce que l’on finit par croire et devient notre réalité. Toutes nos réalités sont partiellement subjectives, elles sont influencées par ce que l’on choisit de voir dans ce monde.

Si je vous demande de lister tous les soirs ce qui vous rend profondément triste ou stressé dans vos vies, et qu’à la fin de l’année je vous demande de noter votre niveau global de bonheur, il y a fort à parier que la note ne sera pas très haute pas vrai ? Parce que vous aurez passé l’année à vous concentrer sur le négatif.

Encore une fois : ce sur quoi vous vous concentrez se transforme en croyances, ce que vous croyez se transforme en habitudes, ce que sont vos habitudes se transforme en réalité.

Et c’est là qu’entre en scène l’hypnose, une manière de changer rapidement et facilement le « focus », une manière de mettre nos pensées, nos paroles et nos actes en harmonie, une manière de trouver l’antidote à nos propres poisons.

Les points forts de l’hypnose :

  • extrêmement polyvalent
  • peut être utilisé pour tout
  • résultats relativement durables
  • quasi pas d’effets secondaires négatifs

Des inconvénients ?

L’hypnose ne fonctionne pas pour tout le monde !

Certains éprouvent de la difficulté à dépasser leurs préjugés au sujet de la pratique, quand d’autres ont bien de la peine à entrer dans l’état de transe nécessaire pour que les suggestions hypnotiques soient profondément ancrées.

Enfin il y a ceux qui n’ont tout simplement pas le temps ou l’attention nécessaires ou qui ont plus d’affinité avec d’autres techniques de gestion du stress.

Alors que beaucoup de gens pensent qu’ils ne peuvent pas être hypnotisés, la recherche montre qu’un grand nombre de personnes sont plus « hypnotisables » qu’ils ne le pensent. 15% des gens seraient très sensibles à l’hypnose (les enfants ont tendance à être plus sensibles) et environ 20% des adultes sont considérés comme difficiles ou impossibles à hypnotiser.

Il n’est pas encore tout à fait clair de ce qui fait que quelqu’un est plus ou moins hypnotisable, mais une étude semble montrer que cela pourrait avoir un rapport avec l’anatomie du cerveau. Cette étude conduite avec des IRM a trouvé que les sujets les plus facilement hypnotisables avaient un rostrum (une région du cerveau qui a un rôle dans l’attention) plus important.

Si vous êtes intéressé par l’hypnothérapie, il est important de ne pas oublier d’aborder l’expérience avec un esprit ouvert, la recherche suggère que les personnes qui voient l’hypnose sous un aspect positif ont tendance à mieux réagir.

Pourquoi faire de l’hypnothérapie ?

L’hypnothérapie peut procurer des bienfaits médicaux et thérapeutiques, notamment en réduisant la douleur et l’anxiété.

Il a même été suggéré que l’hypnose peut réduire les symptômes de la démence (1).

On utilise l’état de conscience altéré pour venir « traiter » certaines conditions comme la dépendance (vous avez certainement déjà entendu des témoignages de personnes qui se sont sortis de l’emprise de la cigarette par l’hypnose).

En fait, une étude montre que l’hypnothérapie pourrait être au moins aussi efficace que le remplacement de la nicotine pour arrêter de fumer. (2)

Est ce qu’on peut garantir le succès de l’hypnose ?

Bien sûr que non, l’expérience hypnotique est unique à chacun, à l’instar d’autres états de conscience modifiés, tels que le sommeil, les rêves lucides ou encore l’usage de certaines drogues psychotropes.

Ainsi, bien qu’il y ait des caractéristiques de l’état hypnotique qui sont communes chez les personnes hypnotisées, ce n’est jamais exactement la même chose d’une personne à l’autre ni la même expérience d’une séance à l’autre.

Si vous avez essayé d’autres traitements et que vous n’avez pas encore réussi à surmonter votre dépendance, l’hypnothérapie pourrait être intéressante.

L’hypnose peut être un outil précieux pour aider les gens à surmonter leurs peurs, supporter la douleur ou améliorer leur capacité à gérer leur stress dans leur vie.

Voici quelques exemples d’utilisations d’hypnothérapie :

  • réduction de la douleur pendant l’accouchement
  • réduction des symptômes de la démence
  • aide avec certains symptômes du TDAH (hyperactivité)
  • réduction des nausées et des vomissements chez les patients cancéreux sous chimiothérapie (3)
  • pourrait aider avec certaines affections cutanées comme le psoriasis (dont l’origine est parfois liée au stress)
  • atténuation des symptômes associés au syndrome du côlon irritable
  • atténuation de certaines phobies
  • traitement contre certaines dépendances
  • reprendre confiance en soi
  • tenir une perte de poids
  • se préparer pour une compétition importante (sportif par exemple)

Il faut bien comprendre que vous n’allez pas guérir une maladie avec l’hypnose. L’hypnothérapie agit sur l’état mental, qui peut avoir des effets sur le plan physique. L’hypnose ne peut donc aider que dans le cadre de maladies dites “psychosomatiques”, ces maladies qui, malgré les médicaments, reviennent quand notre état mental se dégrade.

Quoi qu’il en soit vous devriez toujours demander conseil à votre médecin avant d’envisager l’hypnose et surtout, ne jamais mettre un terme à votre traitement actuel pour le remplacer contre l’hypnothérapie.

Comment pratiquer l’autohypnose ? 2 méthodes.

Comme nous l’avons vu précédemment, un hypnotiseur ne peut pas vous faire entrer dans une transe hypnotique de force, il va plutôt vous guider vers cet état d’esprit.

Permettre à son esprit d’entrer dans un état de relaxation profonde exige une certaine habileté de la part du sujet, et si tout le monde n’en est pas capable, on dit que ce sont généralement les personnes les plus créatives qui trouvent qu’il est le plus facile de se laisser aller à un état de transe apaisant et profondément relaxant.

Puisqu’il s’agit d’une habileté de la part du sujet de se laisser aller à un état hypnotique, il est parfaitement possible de s’hypnotiser sans avoir recours à un guide ou à un hypnothérapeute : c’est ce qu’on appelle l’autohypnose.

Il y a plusieurs façons de le faire, mais voici une méthode rapide :

  1. Mettez-vous à l’aise, assis ou couché, fermez les yeux puis prenez 3 respirations lentes et profondes.
  2. Comptez à rebours en partant de 10 pendant que vous détendez votre corps entier. Commencez par la tête et descendez lentement en passant par toutes les différentes parties du corps jusqu’à ce que vous atteigniez vos pieds. Concentrez-vous sur chaque zone pendant quelques instants.
  3. Une fois que vous avez détendu tout votre corps, imaginez une porte devant vous et passez-la mentalement. Cette porte mène à un endroit relaxant et apaisant qui peut être n’importe où, comme une plage isolée dans une forêt enchantée. Essayez d’utiliser autant de bon sens que possible. Sentez l’air, écoutez les bruits de fond, et ressentez le sol sous vos pieds : vous entrez maintenant dans un état hypnotique.
  4. Durant cet état d’autohypnose, profitez-en pour vous réciter des affirmations personnelles ou pour vous visualiser en train d’atteindre vos objectifs. Ceux-ci agissent comme des commandements directement adressés au subconscient qu’il s’efforcera d’atteindre, donc soyez toujours positif. Par exemple, si vous voulez être plus confiant, alors visualisez-vous simplement dans différentes situations en étant la personne confiante que vous voulez être. Si vous voulez exceller dans un sport en particulier, visualisez-vous en train de le faire, peut-être même de gagner un championnat. Profitez de cet état aussi longtemps que vous le souhaitez et essayez de voir les choses aussi clairement que possible.

La méthode d’autohypnose selon Grace Smith

Il est possible de s’hypnotiser en entraînant son esprit à se détendre, et ce sans l’aide de pistes sonores dédiées ou d’hypnothérapeute.

Etre en mesure de faire cet exercice est excellent puisque cela signifie que vous avez en tout temps accès à ce précieux outil gratuitement.

apprendre comment méditerVoici les étapes d’une technique qui peut être utilisée pour réduire le stress, selon Grace Smith, hypnotiseur et auteure du livre « close your eyes, get free » :

  1. Notez votre niveau de stress initial de 0 à 10 (10 est le niveau de stress le plus élevé)
  2. Fermez les yeux et prenez cinq respirations lentes et profondes.
  3. Imaginez une couleur que vous aimez, dites cette couleur à vous-même, et imaginez qu’elle coule dans votre corps, de la tête aux pieds.
  4. Très lentement, répétez-vous : « trois, je m’enfonce de plus en plus« , « deux, je m’enfonce de plus en plus« , « un, je m’enfonce de plus en plus« .
  5. Toujours lentement, répétez-vous trois fois les « hypnoaffirmations » suivantes : « Je suis en sécurité, je suis calme, je choisis de me détendre« 
  6. Imaginez la même couleur que vous aimez, redites-vous la couleur, et imaginez de nouveau qu’elle coule dans votre corps de la tête aux pieds.
  7. Imaginez que vous êtes dans l’état que vous aspirez à être. Par exemple, si vous êtes d’un naturel peu assuré, imaginez-vous plein de confiance. Si vous procrastiniez, imaginez-vous en train d’agir. Pendant les 60 prochaines secondes, imaginez-vous en train de penser, de ressentir et de vous comporter de la façon dont vous désirez penser, ressentir et vous comporter dans votre vie.
  8. Une dernière fois, imaginez cette couleur que vous aimez tant, dites-vous la couleur, et imaginez qu’elle coule dans votre corps de la tête aux pieds.
  9. Notez votre nouveau niveau de stress de 0 à 10 (0 étant le niveau le plus détendu).

Notes : Grace Smith suggère d’imaginer une couleur que vous aimez non seulement parce qu’elle vous fera vous sentir bien et en sécurité, mais aussi parce que vous croiserez probablement cette couleur fréquemment (dans votre maison ou votre garde-robe).

Ainsi vous aurez des « déclencheurs » pour recréer ce sentiment de calme.

Vous notez votre niveau de stress au début et à la fin afin de pouvoir suivre vos progrès. Si vous constatez que l’autohypnose réduit votre stress, c’est une bonne raison de continuer

FAQ auto hypnose

Quelle différence y a-t-il avec la méditation ?

La principale différence entre les deux, à mon avis, est que l’autohypnose a tendance à avoir une finalité.

Qu’il s’agisse d’être plus confiant, de surmonter des peurs ou de vaincre l’anxiété et faire face au stress quotidien, vous allez entrez dans l’auto hypnose avec un but précis.

La méditation, en revanche, n’a pas de but particulier à atteindre, si ce n’est, dans sa forme la plus pure, qu’elle vide totalement l’esprit.

Le but ultime de la méditation est de pouvoir libérer complètement l’esprit de toute pensée.

Que ressent-on pendant l’hypnose ?

Chaque expérience est différente, certaines personnes hypnotisées déclarent ressentir un sentiment de détachement ou de relaxation extrême pendant l’état hypnotique, tandis que d’autres pensent que leurs actions semblent se produire en dehors de leur volonté consciente. Certains peuvent rester pleinement conscients et capables de mener des conversations sous hypnose.

Voici les sensations qui reviennent le plus :

  • Une relaxation (physique et mentale) : c’est un aspect central de l’hypnose. Le processus qui vous oblige à suivre les suggestions de l’hypnothérapeute va détendre votre esprit et votre corps. L’hypnothérapeute peut par exemple suggérer une sensation de lourdeur dans une ou plusieurs parties de votre corps, que vous allez effectivement remarquer, pas parce que votre guide est magicien, mais parce que votre corps va induire cette relaxation. Les suggestions émises par l’hypnothérapeute sont la plupart du temps communiquées sous la forme d’une invitation et non un ordre.
  • Une concentration accrue : comme pour la relaxation, c’est la personne hypnotisée, et non le thérapeute, qui contrôle entièrement la situation. L’hypnothérapie se déroule généralement dans un espace privé et calme, on peut alors se concentrer aisément sur les paroles du thérapeute, sans aucune distraction. En résulte une concentration accrue sur ce dont parle l’hypnothérapeute, qui va guider vos processus de penséede manière bénéfique (selon l’objectif de la séance).
  • Ouverture d’esprit : quand vous êtes sous hypnose, vous êtes souvent plus ouverts à considérer les possibilités que dans votre état de conscience « normal ». Cette ouverture d’esprit peut, chez certaines personnes, mener à un incroyable sentiment de pouvoir personnel, dans lequel la personne se rend compte qu’elle est capable de beaucoup plus que ce qu’elle croyait possible. Cette ouverture d’esprit ne doit pas être confondue avec un manque de contrôle.
  • Changements sensoriels : l’hypnose est bien connue pour sa capacité à induire des expériences sensorielles inhabituelles. Cet effet est si profond que certaines personnes ont même subi une intervention chirurgicale sous hypnose sans anesthésie ! Elle peut également produire des différences dans la façon dont les sensations visuelles et auditives sont ressenties. Dans un état de relaxation profonde, beaucoup de gens sont capables de se déconnecter de la douleur. Des expériences menées par le chercheur Ernest Hilgard* ont par exemple montré comment l’hypnose peut être utilisée pour modifier radicalement les perceptions.
  • Un sentiment de détachement : comme si vous étiez légèrement éloigné de ce que vous vivez, certains le décrivent comme le fait de s’observer elles-mêmes. Vous continuez toutefois d’être conscient de l’endroit où vous êtes et de ce que vous y faites. Ce sentiment de détachement peut être dû au ou au va-et-vient entre l’observation de l’extérieur et la participation à l’expérience. Ce sentiment de détachement peut parfois aider les sujets à voir les situations de façon plus objective, sans être pris dans le tourment de leurs émotions habituelles.

* Après avoir demandé à une personne hypnotisée de ne pas ressentir de douleur dans son bras, le bras du participant a ensuite été placé dans de l’eau glacée. Les personnes hypnotisées ont ainsi pu laisser tremper leurs bras dans l’eau glacée pendant plusieurs minutes sans ressentir de douleur !

Peut on se retrouver coincé dans l’hypnose ?

Il n’y a aucune preuve que quiconque puisse rester coincé dans l’hypnose. Le pire qui puisse arriver, c’est que vous vous endormiez, et que vous vous réveilliez parfaitement normalement !

Orne & Evans a mené une célèbre étude où les participants étaient hypnotisés, puis l’expérimentateur quittait la salle sous prétexte qu’il y avait un problème.

Le participant était alors observé (à son insu) pour voir ce qu’il se passait.

Le résultat a été que les participants se sont réveillés spontanément, certains plus rapidement que d’autres.

Références :

(1) https://www.sciencedaily.com/releases/2008/07/080728111402.htm

(2) https://www.sciencedaily.com/releases/2007/10/071022124741.htm

(3) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17760926

https://hypnosisandsuggestion.org/ : un bon site pour aller plus loin

New directions in hypnosis research: strategies for advancing the cognitive and clinical neuroscience of hypnosis

Auto hypnose, petit guide pour bien commencer !
5 (100%) 1 vote[s]

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.