mort bouddha

Comment bouddha est-il mort ?

Dans cet article, nous allons explorer les différentes théories concernant la mort du Bouddha historique, également connu sous le nom de Siddhartha Gautama. Bien que l’enseignement bouddhiste sur la mortalité soit bien connu, les détails entourant la mort du fondateur même de cette tradition religieuse sont moins bien compris.

Les causes possibles de la mort de Bouddha

Il existe plusieurs hypothèses quant à la cause précise de la mort de Bouddha (mort, douleur, déshydratation, perte de sang, viande avariée), qui proviennent principalement des textes sacrés bouddhistes eux-mêmes (les Sutras) et d’autres sources historiques. Selon une interprétation courante, Bouddha est décédé des suites d’une intoxication alimentaire causée par la consommation de viande de porc avariée.

Intoxication alimentaire

Dans le Mahaparinibbana Sutta, un des textes bouddhistes les plus importants qui relate les derniers jours et la mort de Bouddha, il est raconté qu’un forgeron du nom de Cunda a offert à Bouddha et à ses disciples un repas composé de champignons et de tranches de viande de porc. Peu après avoir consommé ce repas, Bouddha aurait commencé à souffrir de violentes douleurs à l’estomac et aurait vomi. Selon cette théorie, l’intoxication alimentaire aurait conduit à une grave déshydratation et éventuellement à la mort de Bouddha.

Déshydratation sévère

Une autre théorie suggère que la cause de la mort de Bouddha a été une déshydratation extrême, résultant soit d’une maladie gastrique liée à l’intoxication alimentaire mentionnée ci-dessus, soit d’autre chose comme un jeûne prolongé. Cette déshydratation aurait provoqué des maux de tête intenses et une faiblesse générale qui auraient finalement conduit à sa mort.

apprendre à méditer

Envie d'apprendre la méditation pas à pas gratuitement ?

Recevez gratuitement mon guide : 22 clés pour apprendre à méditer et retrouvez calme et sérénité. Ce guide a déjà aidé + de 30 000 personnes, pourquoi pas vous ?!

Perte de sang ou hémorragie interne

Il existe également des spéculations selon lesquelles Bouddha pourrait avoir subi une perte de sang importante, soit à la suite d’une blessure accidentelle, soit en raison d’une maladie sous-jacente telle qu’un ulcère d’estomac. Des douleurs abdominales sévères et de la fièvre, symptômes rapportés dans le Mahaparinibbana Sutta, pourraient en effet suggérer une hémorragie interne.

Les derniers jours et la mort de Bouddha selon les textes bouddhistes

Le dernier sermon de Bouddha

Avant son décès, Bouddha a prononcé un dernier sermon, dans lequel il a rappelé à ses disciples de continuer à pratiquer les enseignements qu’il leur avait transmis. Il a également souligné l’importance de continuer à propager ses enseignements après sa mort :

« Soyez donc votre propre lumière et refuge, ne cherchez pas refuge chez les autres. Prenez le Dharma comme votre lumière et refuge, sans chercher d’autre refuge. »

Le Parinirvana, ou la mort physique

La mort physique de Bouddha est appelée dans la tradition bouddhiste le Parinirvana, terme qui signifie littéralement « accomplissement du Nirvana ». Ce moment marque la libération finale de Bouddha du cycle de renaissance (samsara) et de la souffrance inhérente à l’existence.

Après avoir donné son dernier sermon, Bouddha s’est allongé sur le côté droit entre deux arbres Sala en fleur, enveloppé de plusieurs couches de vêtements. Ses disciples ont rassemblé des fleurs pour honorer le corps de leur maître, tandis que les arbres ont spontanément laissé tomber leurs pétales sur lui.

Les dernières paroles de Bouddha

Les dernières paroles de Bouddha avant sa mort reflètent son enseignement sur l’impermanence de toutes choses :

« Tous les phénomènes composés sont sujets au changement et à la dissolution. Efforcez-vous avec diligence pour votre libération. »

Les rituels funéraires suivant la mort de Bouddha

Après la mort de Bouddha, ses disciples ont effectué divers rites funéraires pour honorer leur maître. Ses restes ont été placés dans un cercueil en bois et entourés de fleurs.

La crémation

Selon la tradition, les restes de Bouddha ont été transportés sur une litière préparée avec soin. Le corps a été ensuite incinéré pendant sept jours sur un bûcher de bois de santal sous la garde d’une procession funèbre composée de disciples, de laïcs et même d’animaux sauvages venus rendre hommage.

Les reliques du Bouddha

Après la crémation, les cendres et ossements de Bouddha ont été récupérés et partagés entre ses principaux disciples. Ces reliques sont ensuite devenues le centre de dévotion et des offrandes par les bouddhistes du monde entier.

    1. Les stupas et sanctuaires

Afin de vénérer et préserver les reliques de Bouddha, des monuments appelés stupas ont été érigés dans toute l’Inde antique. Les stupas servaient à la fois de lieu de pèlerinage et d’objet de contemplation pour les bouddhistes qui souhaitaient se rapprocher du Bouddha et de ses enseignements.

    1. Les pèlerinages vers les lieux de la vie de Bouddha

En plus des stupas où sont conservées les reliques du Bouddha, les lieux importants de sa vie (notamment sa naissance, son éveil et sa mort) sont devenus des sites de pèlerinage majeurs pour les bouddhistes.

Les spéculations et débats autour de la cause de la mort de Bouddha et son implication philosophique

Bien que l’intoxication alimentaire soit largement considérée comme la cause probable de la mort de Bouddha, il y a néanmoins un certain nombre de chercheurs qui mettent en doute cette affirmation. Certains suggèrent que Cunda ne lui aurait pas servi de viande de porc avariée, car cela serait contraire à leur culture respectueuse du statut spirituel de Bouddha.Toujours est-il que le mystère plane encore autour des circonstances exactes de la disparition du Bouddha historique, un rappel puissant de l’impermanence de toutes choses et de l’importance de vivre selon les enseignements du Dharma.

mm
QUI SUIS-JE ? Namaste ! Je m’appelle Reyhana et mes origines sont un mélange d’Inde et de Laos. J’en suis fière, et grâce à elles, j’ai eu l’occasion de voyager, j’ai pu m’ouvrir très tôt à l’éveil (non pas religieux, mais spirituel) en m’intéressant de plus près au Bouddhisme, à l’hindouisme, mais aussi à la méditation que je pratique énormément au quotidien. La spiritualité est souvent moquée et confondue avec une pratique d’illuminé, pourtant nombreux sont ses bienfaits, surtout dans notre monde moderne où tout est rapide et dans lequel nos sens sont sur sollicités. Cela fait maintenant plus d’un an que j’ai ouvert ce blog pour vous faire partager un peu de mon univers et vous donner des conseils pour vous initier et progresser. Ce blog n’a rien de moralisateur, au contraire ! C’est un espace ouvert à la critique et à l’échange, dans la lignée des principes de mon éducation. Après tout, je ne suis qu’une « gamine » de 24 ans, en paix avec elle-même et les autres, qui aime partager et surtout recevoir. Sur le plan un peu moins mental et plus physique, je pratique assidûment le Yoga et je suis végétarienne. Voilà, c’est déjà pas mal pour un début, pour faire plus amples connaissances, c’est à côté => « Nos pensées, nos paroles et nos actes en harmonie » – Ghandi