Le thé bio, pourquoi nous avons tous à y gagner ?

Le thé bio, pourquoi nous avons tous à y gagner ?

30 mai 2018

Boire du thé est devenu un rituel pour de nombreuses personnes. Celui-ci peut être consommé le matin, en milieu d’après-midi ou en fin de journée.

La consommation de thé en France a triplé ces 20 dernières années, sur le marché mondial, la consommation a quant à elle progressé de 60% entre 1991 et 2010.

Les Français sont des consommateurs de thé. Néanmoins, de plus en plus de personnes se tournent vers le bio. En effet, selon l’Agence Bio, 85 % des Français estiment qu’il est important de développer l’agriculture biologique. Et plus d’un quart, des consommateurs souhaitent augmenter leur consommation de bio. Boire du thé bio et du thé naturel a des effets bénéfiques sur la santé et sur l’environnement.

Certaines marques souhaitent proposer aux consommateurs des thés biologiques et éthiques. C’est le cas de l’entreprise des Thés de la Pagode. Mais alors pour quelles raisons faut-il choisir le thé bio ? Quels sont ses avantages ? Et comment choisir ses thés ?

Qu’est-ce que le thé bio ?

Choisir un thé bio signifie faire l’achat d’un produit non traité par des produits chimiques comme les pesticides ou les arômes chimiques. Les producteurs utilisent des produits naturels pour soutenir la production. L’objectif du bio est de permettre le maintien des qualités nutritionnelles des produits. Pour cela, le nombre d’additifs est fortement restreint. Les produits obtenus sont bons, à la fois, pour la santé et pour l’environnement.

Pourquoi choisir du thé bio ?

Préserver notre santé en choisissant de consommer du thé bio est la priorité première du consommateur. Greenpeace a effectué en 2012 une étude qui démontre que la plupart des thés produits en Chine contiennent environ 29 pesticides différents.

Le thé bio ou le thé naturel sont produits de manière équitable. Les entrepreneurs respectent les petits producteurs et ils leur donnent la possibilité de vivre de manière décente de leurs productions. Pour cela, ils encouragent les petits producteurs à travailler en conservant leurs techniques ancestrales. Les récoltes se font à la main, comme le fait la marque Thés de la Pagode.

Ils utilisent des méthodes de cueillettes traditionnelles appelées cueillette impériale ou cueillette fine. Ces techniques respectent les plantes. Ils cueillent uniquement le bourgeon et une ou deux feuilles afin de préserver les bienfaits du thé. C’est dans cette partie que se trouve le plus grand nombre d’antioxydants. Ces vertus confèrent au thé bio un goût plus doux en bouche.

De plus, les thés sont certifiés commerce équitable. Cette certification met en avant :

  • Les droits des travailleurs à respecter
  • Une garantie sur le prix d’achat afin que les petits producteurs puissent vivre dignement
  • Le respect de la démocratie et de la non-discrimination pour impliquer dans la prise de décision les petits producteurs
  • Le renforcement des organisations autour des projets économiques, sociaux et environnementaux

Les consommateurs savent lors de leurs achats que le thé bio est produit dans des conditions qui respectent le producteur. Ces choix sont profitables à la planète. Les cultures respectent le travail de la terre notamment grâce aux techniques de permaculture. Les producteurs travaillent en adéquation avec la nature et non contre celle-ci. Pour découvrir une perle venue d’Asie à base de thé, c’est par ici.

Le thé bio pour la santé du consommateur et du producteur

On soupçonne que bon nombre des effets secondaires négatifs que certaines personnes ressentent lorsqu’elles boivent trop de thé (comme l’agitation, l’insomnie et autres) pourraient être liés aux produits chimiques utilisés pour la production et non au résultat direct de la caféine contenue dans le thé.

Certains détracteurs du thé bio prétendent que le thé conventionnel est « supérieur » au thé biologique parce qu’il fournit plus d’azote aux plants de thé. Toutefois, il s’agit d’une hypothèse bien ténue.

Si le thé biologique est idéal pour la santé de celui qui le boit, que dire de celle des producteurs.Imaginez que votre travail consiste à vaporiser les champs de thé avec des produits chimiques, ou pire, de les appliquer à la main (d’autant que souvent dans ces régions, les masques et les gants de protection ne sont pas si communs)…

C’est une réalité, les cultivateurs de thé en Inde, à Taïwan et ailleurs pulvérisent leurs récoltes sans utiliser de masques, de gants ou d’autres équipements de protection. En fait, la pulvérisation de produits chimiques sur les cultures sans protection ni précaution est si courante que l’on peut même être aspergé en conduisant le long d’une route à côté d’un champ de thé.

Malgré toutes les preuves du contraire, ces produits chimiques sont considérés comme sécuritaires et même comme nécessaires par de nombreux agriculteurs locaux. Pourtant les agriculteurs sont les premiers à souffrir de leur décision d’utiliser des produits chimiques pour traiter les terres sur lesquelles ils travaillent et vivent.

Aujourd’hui, certains des partisans les plus actifs de la culture biologique du thé sont ceux qui ont été directement touchés par les effets dévastateurs des méthodes chimiques de culture. Il s’agit notamment des producteurs dont les parents et/ou les frères et sœurs sont morts d’un cancer ou d’un empoisonnement aux pesticides, ainsi que de ceux qui sont personnellement malades à cause des produits chimiques qu’ils ont utilisés sur leurs propres terres avant de se convertir à la production de thé biologique.

Notons au passage qu’il n’existe pas de pesticides chimiques, d’herbicides, de fongicides ou d’engrais spécialement conçus pour le thé. Les produits chimiques qui sont appliqués aux théiers sont des génériques et n’ont pas été conçus pour répondre aux besoins uniques du théier et de son environnement idéal.

Le thé bio pour l’environnement

thé organique

Le thé « conventionnel », appelons-le ainsi, est l’une des cultures les plus dévastatrices pour l’environnement en Asie.

Souvent cultivés à des altitudes plus élevées, les produits chimiques appliqués aux plantations de thé endommagent non seulement l’écosystème local, mais descendent des montagnes et des collines pour faire des ravages dans d’autres fermes, forêts, rivières et même des océans situés à des kilomètres et des kilomètres de distance !

De nombreux pesticides utilisés dans la culture conventionnelle du thé contiennent des métaux lourds en excès, qui se retrouvent non seulement dans certains thés finis, mais aussi en aval pour contaminer le sol et les eaux. Et pendant ce temps, les engrais qui sont emportés dans les montagnes causent la surfertilisation d’autres cultures et plantes, tuant de nombreuses espèces de rivières et d’océans au fil du temps.

De plus, l’utilisation de pesticides déséquilibre l’écosystème en tuant non seulement les insectes nuisibles, mais aussi leurs prédateurs naturels (comme les araignées et les coccinelles). Les pesticides tuent souvent environ 99% des insectes de la ferme, laissant une petite population d’espèces nuisibles dont les populations se multiplient rapidement.

Les populations d’organismes bénéfiques mettent plus de temps à se rétablir dans l’écosystème (parce que leurs cycles de vie sont plus lents et qu’ils produisent moins de descendants au cours d’une période donnée). Du coup, on en remet une couche avec l’utilisation de produits chimiques supplémentaires pour éliminer la population surdimensionnée d’insectes nuisibles….vous voyez le massacre ?

À long terme, l’utilisation d’engrais durcit également le sol, ce qui rend de plus en plus difficile la croissance des plants de thé, il faudra donc mettre toujours plus de produits chimiques. Ce type de dépendance chimique devient un cercle vicieux dans lequel les planteurs de thé, les agriculteurs, l’environnement local, l’environnement en général et les buveurs de thé ont tous à perdre.

Nous pouvons agir à notre échelle et ne pas favoriser cette tendance agricole.

Reconnaître un thé bio au supermarché

thé verts bio
Les résultats d’une étude menée par 60 millions de consommateurs montrent qu’il vaut globalement mieux se diriger vers les thés verts que les thés noirs en matière de pesticides

Pour reconnaître les produits bio, notamment le thé naturel et le thé bio, il faut observer les étiquettes. Vous devez apercevoir le label bio européen. Celui-ci est obligatoire sur tous les produits bio alimentaires pré-emballés au sein de l’Union européenne.

Généralement, le logo AB (agriculture biologique) est assorti. À cette image, la marque Thés de la Pagode œuvre afin de produire du thé bio très qualitatif. Pour cela, ils produisent leurs thés dans des jardins d’altitudes non traités, respectueux des principes du bio. Leurs infusettes sont aussi fabriquées sans aucun produit chimique. La région de provenance du thé bio est particulièrement importante pour obtenir une plante de qualité.

Note : tout thé que l’on consomme, bio ou non, peut toutefois contenir des traces de pesticides, ayant été jugées inférieures aux normes Européennes 

Il est important de lire et de décrypter les étiquettes de vos emballages. La première chose à faire pour choisir un thé naturel et un thé bio est de retrouver le logo bio européen. Il est aussi intéressant de repérer des labels équitables comme Fairtrade / Max Havelaar. Ce mouvement regroupe des producteurs dans le but de donner aux paysans ou aux travailleurs agricoles des pays du sud, les moyens de lutter eux-mêmes contre la pauvreté.

Une fois cette indication trouvée, il faut connaître l’origine du thé. Le lieu de production est très important. La Chine doit encore progresser pour proposer un thé parfaitement dénué de pesticide. Cependant, le Japon fait de nombreux efforts. Vous pouvez en savoir plus sur cette page. L’idéal est de choisir de consommer en circuit court. Il faut acheter directement aux producteurs locaux, certains producteurs de tisanes, particulièrement, sont présents en Bretagne.

Respecter les instructions pour la dégustation

Sur chaque boite de thé se trouvent des informations relatives à la dégustation. En effet, celles-ci expliquent au consommateur comment faire infuser son thé afin d’obtenir les meilleures vertus et conserver les saveurs intactes.

Il faut respecter plusieurs éléments pour obtenir le thé bio parfait :

  • La quantité de thé à infuser
  • La quantité d’eau
  • La température de l’eau
  • La durée de l’infusion

Par exemple, la marque Thés de la Pagode conseille de boire celui-ci sans sucre, sans citron et sans lait. Ces ajouts peuvent neutraliser les antioxydants de la boisson pour diminuer ses effets sur l’organisme.

Un autre conseil important est de ne jamais laver sa théière au savon. Cela est trop abrasif et peut dénaturer les prochains goûts du thé pour vos futures dégustations. La meilleure solution est de les rincer à l’eau claire et de les laisser sécher à l’envers afin que toute l’eau s’écoule naturellement.

Le thé bio, pourquoi nous avons tous à y gagner ?
5 (100%) 1 vote

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.