5 méthodes ayurvédique pour préparer son accouchement efficacement

5 méthodes ayurvédique pour préparer son accouchement efficacement

23 mai 2018

Les techniques d’accouchement n’ont cessé d’évoluer à travers le temps, et la modernité est bien utile pour permettre de sauver des vies en cas d’urgence.
Mais l’expérience de l’accouchement a été détournée par la peur, empêchant peu à peu les femmes d’utiliser la sagesse de leur propre corps pendant la grossesse et l’accouchement.

La France fait figure de bon élève en matière d’accouchement, avec 20% « seulement » de césariennes pratiquées quand la moyenne européenne est de 25% selon cette étude. Quoi qu’il en soit, ces 20% sont toujours supérieurs au 15% recommandé par l’Organisation mondiale de la santé.

« On observe une résurgence des femmes qui réclament leur intérêt pour leur accouchement et exigent maintenant des choix. Les sages-femmes gagnent de nouveau en popularité, et les médias présentent les naissances à domicile comme la méthode de choix pour de nombreux médecins et infirmières. Les femmes enceintes se tournent de plus en plus vers des pratiques comme l’acupuncture, la sophrologie, l’haptonomie ou encore l’Ayurveda pour les soins préventifs, la préparation à l’accouchement et le rétablissement postnatal. » – Agnès Boyer, sage femme à Montpellier

Les femmes ont envie de renouer avec leurs racines : une lignée de pratiques de naissance, transmise depuis des millénaires.

C’est précisément ce qu’est l’ayurvéda, un ancien système de santé englobant l’esprit, le corps et l’âme. Ses racines se trouvent en Inde. « Ayu » de « Ayus » signifie âge ou longévité et « Veda » signifie la connaissance ou sagesse vivante d’une science. L’Ayurveda est donc la sagesse de la longévité, ou la sagesse de ce qui soutient la vie.

Traditionnellement, elle offre un vaste domaine d’expertise qui va de la médecine interne et de la chirurgie à la psychiatrie, la toxicologie, la pédiatrie, la gynécologie et l’obstétrique.

En offrant une pléthore de sagesse sur le système du corps humain et des remèdes naturels pour une reproduction saine, l’Ayurveda nous donne des outils précieux pour combler les lacunes de préparation à la naissance et des pratiques modernes en matière de santé. Il s’intègre parfaitement dans n’importe quel plan de naissance que l’on choisit.

Voici 5 manières dont cet ancien système de santé peut vous soutenir pendant votre grossesse et pour votre accouchement.

1. Purifier et préparer votre système pour la conception.

Au-delà des vitamines prénatales, la préparation à la grossesse est souvent complètement négligée. Cependant, avant de concevoir, il est important de préparer et de purifier le corps (et l’esprit) de la mère et du père. C’est semblable à la préparation du sol pour planter une graine : plus le sol est sain, plus la plante est en bonne santé.

Dans l’Ayurveda, le Panchakarma est recommandé aux couples qui cherchent à concevoir.

Traduit en « cinq actions », il s’agit d’une thérapie ayurvédique traditionnelle pour la désintoxication des tissus profonds et le rajeunissement complet du corps. Il ressemble à une retraite de guérison personnelle intensive, où 5-21 jours de thérapies de relaxation et de nettoyage sont donnés pour débarrasser le corps des toxines, équilibrer la digestion, stimuler le système immunitaire et préparer l’esprit et le corps à la conception.

Cette thérapie peut avoir un impact énorme sur la fertilité et la santé à long terme, même chez ceux qui sont confrontés à l’infertilité. En plus des thérapies pratiques, des régimes alimentaires, un mode de vie et des régimes à base de plantes sont donnés. Cela prépare le corps de la femme à la grossesse et augmente la puissance et la qualité du sperme chez les hommes .

2. Ajustez votre régime alimentaire pour convenir à chaque mois de grossesse.

L’Ayurveda décrit des pratiques spécifiques pour chaque mois de grossesse qui vont au-delà des recommandations communes d’éviter l’alcool, les drogues et les viandes et poissons crus.

Il y a des aliments spécifiques à manger et à éviter, des formules à base de plantes pour les différentes étapes de la grossesse et des remèdes pour les maladies courantes de la grossesse comme les nausées matinales, l’œdème, la douleur, les brûlures d’estomac et l’indigestion. Il existe aussi des remèdes maison simples et amusants pour construire et réapprovisionner les nutriments vitaux perdus pendant les rapports sexuels, surtout pour les hommes.

Quelques conseils :

Évitez les aliments épicés, lourds et acides, l’eau réfrigérée, l’ail, le sel de table, le sucre transformé, la caféine et l’excès de thé noir (les tanins que l’on trouve dans le thé et le café peuvent inhiber l’absorption du fer). Selon l’Ayurveda, tout cela peut être dommageable pour le fœtus. Je recommande de manger des aliments frais et d’éviter les aliments séchés, transformés et congelés.

Les toniques reproducteurs comprennent les dattes, les figues, la cardamome, la pistache, les graines, la grenade et les asperges. Essayez de faire un smoothie aux dattes fraîches, au lait de chanvre, au beurre d’amande, au cacao et à la cardamome !

Plantes et herbes :

Beaucoup d’herbes et de suppléments ne sont pas recommandés pendant la grossesse. Quelques-uns sont toutefois considérés comme sûrs et efficaces : il s’agit du gingembre, des feuilles de framboisier, du shatavari, de la menthe poivrée et du fenouil. Pour utilisation, demandez conseil à un médecin holistique.

3. Augmenter l’utilisation des huiles.

L’Ayurveda a toujours utilisé des huiles végétales, à l’intérieur comme à l’extérieur, comme l’une de ses principales techniques thérapeutiques.

En externe, on peut avoir recourt à des huiles médicamenteuses sur la peau pour le massage et l’auto-application quotidienne afin de prévenir les vergetures, maintenir l’équilibre du Vata dosha (l’humeur biologique responsable du mouvement, de la circulation et du système nerveux) et renforcer la force et l’élasticité du corps.

Cette pratique permet également de réduire les douleurs articulaires et de protéger la peau des toxines environnementales.

Je recommande également les huiles pour une application vaginale, afin de lubrifier et d’adoucir les parois en préparation au travail. Cela peut aider à prévenir la déchirure du périnée pendant l’accouchement. Vous pouvez utiliser de l‘huile de noix de coco ou d’olive biologique, qui sont à la fois sûres et douces, ou un praticien ayurvédique peut vous recommander de l’huile traditionnelle à base de plantes.

Le Basti (Irrigation côlonique ou oléothérapie du côlon utilisant des huiles végétales et des décoctions) peut être employé à la fois avant la conception et pendant les 8e et 9e mois de travail. Bien qu’il ne soit pas des plus attrayants, il est considéré comme la thérapie la plus puissante de l’Ayurveda. On finirait presque par l’aimer pour la sensation de bien-être qu’il procure par la suite.

Il est à la fois nettoyant et rajeunissant, et est utilisé comme thérapie principale pour la conception et l’infertilité. Dans les derniers stades de la grossesse, il est utilisé pour dégager les intestins, lubrifier le corps et encourager le bon écoulement vers le bas (appelé Apana Vata) essentiel pour l’accouchement.

4. Rétablissement postnatal.

Saviez-vous que la plupart des femmes ne se remettent jamais de leur première naissance ?

L’Ayurveda se concentre sur les soins post-accouchement tant sur la mère que le bébé, avec l’objectif de ramener la mère à son état prégrossesse dès que possible. En plus d’un repos complet pendant au moins dix jours après l’accouchement, un régime postnatal qui met l’accent sur les aliments chauds faciles à digérer est impératif.

Les plantes digestives sont hautement recommandées, ainsi que des thérapies comme l’Abhyanga (massage ayurvédique à base d’huile d’herbes chaudes) qui aide à équilibrer la digestion, à favoriser une lactation saine, un sommeil réparateur, une désintoxication et la guérison des plaies.

J’encourage également les nouveaux parents à masser leur nouveau-né avec de l’huile de noix de coco fraîchement pressée ou de l’huile de bala, une huile ayurvédique traditionnelle utilisée pour les bébés. Cela favorise un développement sain du petit et c’est aussi un bon moment pour créer des liens, surtout pour les pères qui ont tendance à passer moins de temps en contact avec l’enfant.

5. Préparez-vous mentalement et spirituellement.

C’est peut-être l’aspect le plus important et le plus négligé des soins de grossesse. Face à une épidémie culturelle de dépression postnatale (sans compter les autres problèmes de santé physique et mentale chroniques pendant les années d’éducation des enfants), une préparation mentale et spirituelle adéquate est nécessaire pour créer la stabilité pendant cette transition cruciale de la vie.

Le yoga, la méditation et le pranayama (pratique de la respiration) calment l’esprit et le système nerveux et entraînent des pratiques de respiration qui peuvent être utilisées pendant l’accouchement.

Tâchez d’obtenir les conseils d’un mentor sage en qui vous avez confiance, de créer un environnement de soutien et de pouvoir compter sur une communication ouverte entre vous et votre partenaire, cela en vaut la peine. Résolvez et pardonnez votre passé, afin de ne pas l’introduire dans la vie de votre futur enfant. L’honnêteté sera toujours récompensée par des fondations plus solides sur lesquelles construire.

Avec toutes les options qui s’offrent à nous, il peut être difficile de décider quelle route emprunter. Mais rassurez-vous, la naissance est un phénomène tout à fait naturel et votre corps sait déjà comment faire. Vous n’avez qu’à lui donner les bons outils pour faire le travail. L’Ayurveda peut fournir un soutien depuis la préconception jusqu’à la période postnatale, quel que soit le mode d’accouchement retenu.

5 méthodes ayurvédique pour préparer son accouchement efficacement
5 (100%) 1 vote

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.