Naturopathie : découvrez-la en 10 Questions/ Réponses avec 3 thérapeutes certifiées

Naturopathie : découvrez-la en 10 Questions/ Réponses avec 3 thérapeutes certifiées

8 juillet 2019

Je vous propose aujourd’hui un format un peu spécial sur une discipline qui fait de plus en plus parler d’elle en France : la naturopathie.

Parce qu’elle est encore méconnue du plus grand nombre, on lit tout et son contraire à son sujet, j’ai donc décidé de partir à la rencontre de trois naturopathes certifiées sur Medoucine pour répondre à mes questions, et peut être aux vôtres.

Ce que nous allons aborder

1) On lit ici et la que la naturopathie est une médecine holistique qui a pour but d’équilibrer le fonctionnement de l’organisme et ce de manière naturelle (en misant notamment sur la stimulation des mécanismes d’auto guérison du corps). Comment la définiriez-vous ?

« La naturopathie permet de donner à chaque individu des « clés » pour améliorer ou retrouver une hygiène de vie et une vitalité qui correspondent à sa physiologie, en tenant compte de son histoire, de son terrain, de sa sensibilité…

La Naturopathie ne s’appuie que sur des techniques naturelles pour rééquilibrer « le terrain » de la personne qui vient consulter. »

Sandrine Foucault

La naturopathie pour moi c’est assez complexe comme pratique. Je la définis comme une éducation pour la santé, qui harmonise le corps et l’esprit.

Elle prend l’individu dans sa globalité : la qualité de vie de la personne (physique, énergétique et psychologique) et son environnement.

Alina Oprea

La naturopathie est selon l’OMS « une méthode de soin visant à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques ». Pour ma part, je considère être le Sherlock Holmes de la santé !

Mon rôle est de trouver la ou les causes profondes du déséquilibre du consultant en revoyant son hygiène de vie, son alimentation, la gestion de ses émotions… en lui apportant des solutions simples.

Je dispose d’une caisse à outils divers tels que la phytothérapie, nutrition, micronutrition, oligo-éléments, aromathérapie, réflexologie plantaire… En fonction du besoin de chacun, j’adapte les conseils. L’objectif étant que le consultant devienne acteur de sa santé.

Lesly Louet

2. Pensez-vous que la naturopathie puisse être liée de près ou de loin avec l’ayurveda (médecine traditionnelle indienne) qui repose sur deux principes fondamentaux : l’esprit et le corps sont inextricablement liés & rien n’a plus de pouvoir pour guérir et transformer le corps que l’esprit.

« La naturopathie a été reconnue comme « 3e médecine traditionnelle » derrière la Médecine traditionnelle chinoise et la Médecine ayurvédique, et il est évident qu’il y a des « ponts » entre ces médecines traditionnelles qui vont tous vers le même but : le bien-être de l’individu dans toutes ses dimensions … »

Sandrine Foucault

« La naturopathie et l’ayurveda sont complémentaires, car ces deux méthodes reposent sur le même principe : l’origine de toute maladie est le déséquilibre des différentes « Humeurs » ou « doshas » ou « Qi » en taoïsme.

Hippocrate estimait que les gens avaient tendance à développer les pathologies de leur humeur dominante.

Pour expliquer un peu cette théorie : la médecine chinoise parle de Qi (le souffle vital) originel, reçu à la naissance qui détermine la santé, la vitalité de l’individu – c’est son héritage familial, génétique.

En fonction de celui-ci, l’individu va réagir à son environnement pendant sa vie : ses forces, ses faiblesses et ses pathologies. Ces Humeurs – Doshas – Qi, peuvent être perturbés en créant un déséquilibre : les surcharges, les carences et le trouble de la fluidité, de la circulation. La naturopathie et l’ayurvéda sont complémentaires, car elles agissent en prévention et non de manière curative, avec une approche holistique pour retrouver l’équilibre physique, mental et spirituel. »

Alina Oprea

« Je ne connais pas bien l’ayurveda, néanmoins, je considère que l’esprit et le corps sont liés. Tous les maux physiques sont très souvent liés à des maux physiques. Notre corps traduit nos émotions. »

Lesly Louet

3. Comment diriez-vous que la naturopathie est perçue en France ?

naturopathie relaxation

« La Naturopathie, considérée comme « médecine alternative », intéresse de plus en plus de personnes, par son aspect « naturel » et « holistique ».

Il semble y avoir une « ouverture » de conscience chez beaucoup de Français, conséquence sans doute des différents débats et/ou scandales sanitaires que nous avons connus (Médiator ,pilules de 3e génération, défiance vis-à-vis des vaccins, déremboursement de l’homéopathie, surconsommation de médicaments …).

Toutefois les gens ne perçoivent souvent qu’une partie de cette discipline, souvent associée à la nutrition et aux traitements par les plantes (phytothérapie, aromathérapie, gemmothérapie), ce qui est trop réducteur par rapport à son champ d’action, car il y a une dizaine de techniques naturelles que le naturopathe peut utiliser en fonction de la problématique rencontrée. »

Sandrine Foucault

« La naturopathie a été reconnue depuis 1978 par l’Organisation mondiale de la santé comme « médecine traditionnelle occidentale ». La naturopathie en France est reconnue, mais pas réglementée et la plupart de temps elle n’est pas acceptée par la médecine conventionnelle.

La sécurité sociale ne la prendre pas en charge et la mutuelle effectue seule le remboursement des frais d’honoraires du praticien, mais cela dépend aussi de mutuelle.

La population en France a besoin être informée pour bien comprendre cette médecine holistique et cela peut se faire par des petites conférences ou des stages. Moi personnellement, en tant que naturopathe, j’ai en projet de me déplacer dans la France entière pour faire connaître cette méthode et de transmettre aux gens la compréhension de la santé naturelle. »

Alina Oprea

« La naturopathie est perçue en France comme une « médecine douce » complémentaire de l’allopathie. Un moyen d’aborder sa santé d’une manière différente grâce aux plantes, la nutrition et autres techniques manuelles.

Lesly Louet

4. Quelles compétences faut il d’après vous pour devenir naturopathe, et quel diplôme/ formation (durée) ? Enfin, quel est votre parcours ?

Les écoles appartenant à la FENA (Fédération Nationale des écoles de naturopathie) dispensent un enseignement de qualité sur 16 ou 36 mois (cursus « intensifs » ou cursus « week-ends »), avec contrôles continus des connaissances, examen final, rédaction d’un mémoire et examen national de la FENA garantissant aux jeunes naturopathes formés une formation solide, complète qui s’étend de la physiologie à la physiopathologie e passant par la phytologie, les massages , l’énergétique, la réflexologie, l’iridologie ….

Au niveau des compétences, il faut être dans l’écoute active du patient, la bienveillance, savoir faire des synthèses de toutes les informations que le client nous confie, respecter les « non-réponses »…

Le naturopathe est un éducateur de Santé , il faut donc qu’il se mettre à la portée de son patient.

C’est souvent un « cœur à cœur » avec la personne qui s’établit lors d’un premier rendez-vous , et il faut être dans le respect et savoir se montrer digne de cette confiance.

Mon parcours : docteur en Pharmacie, j’ai passé plus de 16 années au service de l’Industrie cosmétique avant de rejoindre le monde officinal tout en créant mon autoentreprise avec 3 domaines d’expertise principaux: pratique officinale / Communication Santé et Naturopathie.

Mon expérience de Pharmacien en officine m’a permis d’avoir un contact direct avec les patients et ainsi de mieux connaître leurs attentes afin de mieux répondre à leurs besoins (conseils associés à leurs traitements, suivi personnalisé).

Après un problème de peau que seule la Naturopathie m’a permis de résoudre, j’ai refait des études pour devenir naturopathe.

Ma formation de Naturopathe (certifiée CENATHO et certifiée la FENA) me permet d’envisager la prévention santé de façon efficace, complète et naturelle.

Je mets ainsi toute mon « expertise santé » au service d’entreprises soucieuses du bien-être de leurs salariés en organisant des ateliers/conférences.
La Naturopathie permet ainsi de lutter contre le stress, la fatigue, les carences éventuelles et l’implantation de maladies (prévention active) .

Elle va ainsi aider chacun de nous à optimiser sa qualité de vie afin de retrouver un bien-être inégalé aussi bien au travail que dans la vie quotidienne..

Sandrine Foucault

Les compétentes qu’il faut avoir pour être naturopathe :

  • aimer les gens et le contact humain
  • avoir une bonne capacité de compréhension et une bonne capacité de transmettre son savoir
  • et bien sûr, avoir un bon équilibre émotionnel

Il faut suivre une formation spécialisée en Naturopathie et aussi d’autres formations et stages qui vont constituer le bagage professionnel nécessaire : l’anatomie et physiologie humaine, la connaissance des pathologies, les bases en nutrition, des connaissances en psychologie de l’individu, les connaissances des techniques manuelles, la phytothérapie, aromathérapie, iridologie, sophrologie…

Par contre, la phytothérapie et l’aromathérapie sont pour moi, des méthodes complexes et non sans danger qui doivent être utilisées seulement par ceux qui ont une formation dans ces pratiques.

Le choix des formations en France est assez vaste. Le principal et que les cursus apportent les connaissances nécessaires pour la pratique professionnelle. Que la formation soit à distance ou en présentiel, l’importance revient à la qualité de la formation et aussi à la capacité de l’individu à comprendre et à apprendre.

En ce qui me concerne, j’ai débuté dans les années 2000 comme éducateur sportif et à partir de 2011, j’ai commencé suivre de stages et des formations pour pouvoir comprendre mieux les problématiques de mes patients. Je me suis formée à la nutrition, à la médecine chinoise, la naturopathie, la réflexologie, aux techniques de sophrologie, au shiatsu, à l’iridologie et j’ai encore d’autres formations à venir.

Pour moi, c’est une passion et une joie de pouvoir aider et de transmettre mon savoir.

Alina Oprea

« Je dirais que les compétences majeures sont l’écoute, la curiosité, l’empathie et une soif d’apprendre en permanence !

Cette discipline n’étant pas reconnue, il y a une multitude d’écoles. Je recommande d’éviter les écoles par correspondance, car l’échange, les informations transmises en cours sont des sources complémentaires.

Privilégier des écoles qui proposent des cursus sur 2 ans minimums et ayant un nombre d’heures correctes (au minimum 500 heures en présentiel).

Personnellement, je me suis formée au sein de l’IFSH (Institut français des Sciences de l’Homme). Issue de l’industrie pharmaceutique, cette formation m’a permis de mettre du lien entre mes connaissances acquises par mon expérience professionnelle et l’approche naturopathique. »

Lesly Louet

5. Pourriez-vous me dresser le portrait du patient type (âge, sexe, sédentarité, etc) et du problème pour lequel on vient le plus vous voir (le cas de figure par excellence) ?

« Il n’y a pas de portrait type puisque c’est une discipline qui individualise et personnalise au maximum les conseils délivrés.

Tout le monde peut-être à un moment ou à un autre de sa vie concernée par la Naturopathie…

L’idéal serait de venir voir un(e) naturopathe lorsque l’on est en bonne santé afin de conserver cette vitalité et ne pas « tomber » malade. C’est ce que l’on appelle faire de la « prévention active »

En effet la maladie n’est que l’expression d’un « terrain en dérive »..

Mais le plus souvent les personnes qui viennent nous voir le font parce qu’elles n’ont souvent plus d’autres solutions (pathologies lourdes, effets secondaires des traitements…) ou parce qu’il y a à l’heure actuelle une défiance des patients par rapport à la médecine allopathique et tout ce qui l’entoure (traitements lourds, manque d’ explications des traitements par le médecin, manque d’écoute, solitude du patient, surinformation du patient qui n’arrive plus à faire le « tri » dans les informations qu’il trouve sur internet …) »

Sandrine Foucault

« Le plus souvent dans mon cabinet, je reçois en consultation des femmes entre 25 ans et 55 ans ayant la même raison de leur mal-être : la surcharge pondérale et/ou le burn-out.

La plupart de temps, les deux problématiques sont associées.

Je ne peux pas dire que les femmes sont les plus touchées, mais je pense qu’elles sont plus ouvertes par rapport aux hommes pour consulter un praticien naturopathe.

Le cas par excellence cherche le véritable miracle : rétablir son état de vitalité dans une seule séance, sans effort et pour toujours 😊

J’essaie de faire comprendre à mes patients que la médecine naturelle agit par étapes, qu’il ne faut pas être impatient, qu’il faut avoir une régularité concernant le programme prescrit et que le plus important comme Hippocrate disait : « Quand quelqu’un désire la santé, il faut d’abord lui demander s’il est prêt à supprimer les causes de sa maladie. Alors seulement est-il possible de l’aider. » « 

Alina Oprea

« Il n’y pas de portrait type de consultant. La naturopathie est ouverte à tous les âges. Cela va du bébé à la personne âgée.

Je dirais que majoritairement, je reçois des femmes entre 35 et 55 ans soucieuses de leur santé.

Les problèmes les plus fréquents sont les douleurs articulaires, musculaires, souffrances morales, problèmes digestifs, troubles du sommeil, stress. Comme vous le voyez, c’est très varié ! »

Lesly Louet

6. À quoi s’attendre pour un premier RDV ? Quelle durée de consultation ? Combien coûte une consultation et combien de consultation faut-il compter ? Quel suivi ?

naturopathie

« Une première consultation comprend généralement 3 temps forts:

  1. Un questionnaire long et approfondi pour « connaître « la personne et son histoire » et comprendre d’où elle vient (son historique santé) et où elle est (son état de santé actuel, ses forces, ses faiblesses…)
  2. Un Bilan de Vitalité (afin d’évaluer la force vitale de la personne) e utilisant l’observation, l’iridologie et la pulsologie.
  3. Un Programme d’Hygiène vitale : PHV que le naturopathe remet à son client et qui lui indique tous les conseils nécessaires pour retrouver une hygiène de vie qui corresponde à sa physiologie et à son terrain

Une première consultation dure 90 minutes en moyenne, car le premier rendez-vous est une rencontre très particulière et il est très important que le naturopathe puisse avoir un maximum d’éléments pour remonter à « la cause de la cause » de son mal.

Je ne revois mes clients que 6 à 8 semaines plus tard pour faire un point, voir ce qu’ils ont pu mettre en place , ce qui a été difficile , les réajustements éventuels à faire, une séance de relaxation à proposer ….

Les séances de suivi durent en moyenne 60 minutes.

Les prix des consultations peuvent être très variables d’une région à une autre en fonction du temps consacré. Entre 70 à 90 euros en moyenne pour un premier rendez-vous. »

Sandrine Foucault

« Le premier rendez-vous en naturopathie dure environ 1h30 et je le considère le plus important dans la confiance qui va se construire entre le praticien et le patient.

Pendant ce rendez-vous, je pose une série des questions sur la vie personnelle et professionnelle du consultant, des questions qui concernent tous les grands systèmes du corps humain et les éventuelles pathologies et des questions sur l’alimentation de la personne. Je préfère toujours lui demander un journal alimentaire à faire pendant 7 jours pour rendre la personne consciente de son alimentation et pour avoir plus d’informations pour les conseils que je vais apporter.

Je regarde aussi la morphologie de la personne, sa constitution, les gestes, la façon de parler, le regarde… J’utilise les techniques manuelles en cas des douleurs au niveau musculaire ou articulaire, des techniques respiratoires en cas de stress, angoisse et la démonstration d’exercice physique en vue d’un programme à suivre.

La consultation n’est pas rigide, j’installe une atmosphère détendue et de confiance. Le tarif varie en fonction de praticien, dans mon cabinet le tarif est de 75 € pour 1h30 le premier rendez-vous en naturopathie et la séance de suivi de 45min à 55 €.

La séance de suivi se recommande 3 – 4 semaines après la première consultation, et la fréquence et la distance entre ces consultations dépendent de chaque individu et de sa problématique. »

Alina Oprea

« Lors du premier rdv, le naturopathe doit s’intéresser à vous dans sa globalité en abordant votre santé actuelle et passée, vos habitudes de vie, votre alimentation…

En fonction de la pratique du naturopathe, il peut utiliser un questionnaire micro nutritionnel, l’étude de votre iris, de votre morphologie…Pour accompagner le consultant, différentes techniques peuvent être utilisées comme l’aromathérapie, la micronutrition, la nutrition, l’oligothérapie, la phytothérapie, l’hydrothérapie…

Le nombre de rdv dépendra du besoin, il n’y a pas de règle définie. Si vous venez pour un simple bilan naturopathique, un seul rdv suffira, si vous venez pour un trouble chronique peut-être que 2 à 3 rdv seront nécessaires. »

Lesly Louet

7. Qu’est-ce qui différencie selon vous un bon d’un mauvais naturopathe ? Quels conseils donneriez-vous aux gens pour choisir un naturopathe ?

« Le conseil que je peux donner serait de bien se renseigner sur le naturopathe envisagé, son parcours , sa formation (aller sur le site de l’OMNES ou de la FENA qui répertorient les naturopathes formés par des écoles de la Fédération française de Naturopathie).

Regardez le site Médoucine où les naturopathes sont sélectionnés après vérification de leurs parcours, et qui doivent fournir des références ( avis de clients ou de professionnels).

Et ne pas hésiter à appeler le naturopathe choisi pour une première prise de contact ou juste demander des renseignements… »

Sandrine Foucault

« Comme je disais au début de l’interview, la naturopathie est complexe. Je ne pense pas que le « mauvais naturopathe » existe. Ce qu’existe, c’est l’incompréhension de l’individu et le manque d’études dans ce domaine. Le choix du naturopathe revient à chacun en fonction de son ressenti. »

Alina Oprea

« Je dirais l’écoute de son consultant et répondre à son besoin. Normalement, le naturopathe doit s’adapter à chaque individu, il n’y a pas de recettes toutes faites.

Pour bien choisir un naturopathe, je conseille de regarder ses formations, s’il fait partie d’un syndicat, s’il continu à se former et se référer à des sites de référencements comme Médoucine ainsi que les commentaires des consultants. Exemple ici avec la recherche naturopathe paris. »

Lesly Louet

8. Le naturopathe a de nombreuses cordes à son arc (alimentation, hygiène de vie, phytothérapie, aromathérapie, technique manuelle, etc), quel est votre principal outil ?

phytothérapie

« « Que ton aliment soit ton premier remède » (Hippocrate)

C’est en effet sur l’alimentation, la micronutrition et l’hygiène de vie que j’accentue le premier rendez-vous, car c’est souvent la cause de beaucoup de dysfonctionnements physiologiques et il est primordial d’évaluer les carences et les surcharges dans l’alimentation de nos clients, car elles sont très significatives d’un comportement .

Il est fondamental de prendre le temps d’expliquer pourquoi il faut changer certaines habitudes.

Toutefois je n’oublie jamais les 3 autres piliers de la Naturopathie que sont : l’exercice physique, l’utilisation de l’eau (hydrologie) et la psychorelaxation (respiration, techniques antistress ).

De par mon parcours, je recommande très souvent des plantes et/ou des Huiles essentielles pour obtenir des résultats observables « en douceur » qui respecte la physiologie de mon client. »

Sandrine Foucault

« Mon principal outil ?

En fait, j’en ai plusieurs : la nutrition, la psychologie, les techniques manuelles et de relaxation.

J’utilise la phytothérapie et l’aromathérapie dans mes programmes de vitalité, mais je ne donne pas de consultations précises dans ces domaines, car je considère que je ne suis pas spécialisée par une formation spécifique. »

Alina Oprea

« Personnellement, je suis naturopathe et réflexologue donc je pratique autant le manuel que tous les outils cités en particulier la nutrition, la phytothérapie et la micronutrition.

J’ai également une particularité, je suis Reflexo-Analyste.

Cette pratique permet d’identifier, libérer et pacifier des empreintes émotionnelles de la vie prénatale à la naissance qui auraient un impact sur votre vie d’adulte.

Par exemple, vous n’arrivez pas à construire une relation durable avec un homme ou une femme, peut-être que dans votre conception vous êtes le fruit d’une grosse dite « accident » et que ce ressenti in-utéro a fait que vous avez peur de vous attacher à quelqu’un d’une manière inconsciente.

Grâce à un accompagnement verbal et manuel sur le pied, je vais apporter ces compréhensions au niveau cellulaire. »

Lesly Louet

9. À qui conseilleriez-vous d’aller voir un naturopathe et dans quel cas ? Pouvez-vous donner des exemples ?

« Toute personne consciente de l’importance « vitale » de sa santé est concernée, ne serait ce que pour revoir son hygiène de vie, améliorer sa résistance aux stress, renforcer ses défenses immunitaires …

On peut consulter un naturopathe en « Prévention » pour renforcer sa vitalité et faire en sorte de ne pas tomber malade.

Mais on peut également rencontrer un naturopathe lors d’une maladie pour améliorer notablement son confort de vie et/ou pouvoir éviter, voire atténuer les effets secondaires éventuels des traitements . »

Sandrine Foucault

« Tout le monde peut bénéficier de la naturopathie (nourrisson, enfants, adolescents, adultes, personnes âgées, sportifs…).

La Naturopathie agit autant en prévention que pour traiter des désordres fonctionnels : migraine, troubles digestifs, allergies, asthme, eczéma, troubles hormonaux (Syndromes prémenstruels, ménopause …), troubles du sommeil, arthrose, infections à répétition, fatigue, perde de poids, période d’examens ou autres périodes stressantes… »

Alina Oprea

« a tout le monde, sans restriction !

Vous souhaitez faire un point sur votre santé d’une manière globale, vous souffrez d’un trouble chronique passager…la naturopathie aura toujours une réponse adaptée pour vous. »

Lesly Louet

10. Où se situent les limites de la naturopathie ? À quel moment dites-vous : « là ça sort de mon périmètre, il vous faut une autre forme de médecine plus « conventionnelle » ? La naturopathie peut-elle aller de concert avec d’autres thérapies ? Avec quel professionnel de la santé êtes-vous le plus à même
de travailler main dans la main ?

« Il est très important que le naturopathe connaisse ses limites de compétences et ne se transforme pas en « pseudo-médecin ».

En tant que naturopathe nous n’avons pas le droit de faire un diagnostic médical, ni de contrarier l’observance du patient vis-à-vis de son traitement médical.

Par ailleurs tout ce qui relève de la chirurgie, de l’infectiologie qui peut mettre en péril le patient (infections bactériennes, virales, parasitoses ou cancérologie) n’est pas de notre ressort à proprement parlé, et il est primordial de savoir l’orienter vers un médecin ou un chirurgien afin d’établir un diagnostic.

En revanche, la naturopathie va pouvoir aider le patient à reprendre de bonnes habitudes dans son hygiène de vie, éventuellement l’aider à mieux « traverser » les éventuels effets secondaires de son traitement et lui permettre ainsi à retrouver toute sa force vitale .

La naturopathie peut s’appuyer sur la sophrologie, la psychothérapie, des thérapies énergétiques, familiales ou émotionnelles afin de considérer le patient dans sa globalité et de l’aider à mieux comprendre ce qui lui arrive sur tous les plans de son « Être » (et pas seulement sur le plan physique…)

Etant pharmacien, je suis très attachée à travailler pour une prise en charge globale et« intégrative » du patient et je travaille donc aussi bien avec des sophrologues, des psychothérapeutes, des énergéticiens que des ostéopathes, des fascia-thérapeutes ou des acupuncteurs pour un accompagnement le plus individualisé et le plus complet possible de la personne. »

Sandrine Foucault

« La naturopathie ne peut se substituer à une consultation médicale et ne donne pas de diagnostic. Elle ne peut interrompre ou modifier un traitement médical en cours.

Les recommandations proposées pour corriger et améliorer le terrain d’une personne, ne sont pas des prescriptions, mais des conseils d’hygiène de vie ne changeant en rien le traitement médical de la personne. La médecine allopathique s’imposera dans tous les cas de maladies lésionnelles ou dégénératives (cancers, leucémies, diabète insulinodépendant, cirrhoses, insuffisance rénale vraie…) ainsi que dans toutes les situations d’urgence ou de menace vitale.

La naturopathie se complète très bien avec l’hypnose, l’acupuncture, l’ostéopathie, l’homéopathie, le reiki et bien sûr avec la médecine conventionnelle. Dans ma pratique de naturopathe je collabore le plus souvent avec les médecins généralistes et les psychologues. »

Alina Oprea

« Les limites de la naturopathie sont d’ordres médicaux. Il ne faut pas oublier que nous ne sommes pas médecin donc on ne soigne pas, on ne pose pas de diagnostic, on accompagne la personne sur le chemin de la santé naturelle.

Donc si je vois que la demande est hors de mon cadre, j’invite le consultant à soit reprendre contact avec son médecin soit je dirige vers un autre thérapeute comme psychologue, sophrologue, hypno thérapeute… Je dirais que je travaille régulièrement avec des ostéopathes, sophrologues, étiopathes, médecin… »

Lesly Louet

Merci à Alina Oprea, Sandrine Foucault et Lesly Louet qui ont accepté de se prêter au jeu, vous pouvez retrouver ces professionnelles sur leurs fiches praticiens Medoucine et prendre RDV avec chacune d’entre elles en ligne :

Naturopathie : découvrez-la en 10 Questions/ Réponses avec 3 thérapeutes certifiées
4.6 (91.43%) 7 vote[s]

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.