Minimalisme : conjuguer sa vie au verbe être plutôt qu’avoir

Minimalisme : conjuguer sa vie au verbe être plutôt qu’avoir

25 avril 2018

L’ENVIE ET LE BESOIN

Nous vivons dans une société qui prône la surconsommation comme un modèle de bien-être.

Nous achetons sans même nous poser la question de nos réels besoins.

Chaque petit plaisir nous procure une dose d’endorphine. Cette drogue, que notre corps réclame à cor et à cri, nous rend dépendants de cette substance et nous achetons dans l’unique but de nous faire plaisir.

Oui, mais la sensation de plaisir est éphémère, et nous l’observons de façon encore plus néfaste chez les plus petits.

apprendre à méditer

RECEVEZ VOTRE GUIDE DE MÉDITATION GRATUIT réveillez le Daila Lama qui sommeille en vous !

En effet, aussitôt déballé et observé, l’enfant commence déjà à penser au prochain jouet qu’il souhaitera acquérir. C’est un cercle sans fin voué à l’insatisfaction chronique et au « vouloir toujours plus » !

Depuis 50 ans, notre rapport à l’objet a totalement changé.

À l’époque de nos grands-parents, l’objet devait être utile pour être acheté, aujourd’hui le simple fait de le trouver esthétique suffira à ce qu’il atterrisse indéniablement dans notre chariot.

L’homme du 21e siècle n’a jamais autant possédé et pourtant nous sommes bien loin d’avoir un indice du bonheur qui crève le ciel.

Épuisement, burn-out, dépression sont autant de maux qui touchent notre société.

Et si le bonheur ne se trouvait finalement pas dans l’objet ?

LE TEMPS EST NOTRE PLUS GRANDE RICHESSE

temps richesse

Je ne vous apprends rien si je vous dis que chaque journée comporte 24 heures et pas une de plus.

S’il y a bien une donnée sur laquelle nous sommes tous égaux, c’est le temps.

Nous ne pouvons pas l’arrêter ni retourner en arrière pour modifier nos décisions. Nous ne pouvons pas payer pour obtenir plus de temps que compte une journée et jusqu’à preuve du contraire, nous ne sommes pas immortels.

Le temps est donc notre ressource la plus précieuse.

Toute personne, décidant de devenir minimaliste, doit réfléchir à comment occuper son temps et à faire des choses qui lui apportent une vraie valeur ajoutée.

Or nos possessions nous font gaspiller un temps précieux qui pourrait être occupé autrement.

Regardons donc cet exemple :

Vous souhaitez acquérir une belle voiture de collection.

Dans un premier temps il va falloir faire de nombreuses recherches pour trouver la perle rare et vous assurer de la qualité de l’objet.

Ranger, nettoyer, entretenir et sécuriser votre véhicule vous demandera non seulement une plus grande attention, mais aussi un engagement de temps et donc de stress !

Le stress est le fléau du 21e siècle et il est le résultat de notre dépendance à la possession.

Avec cette belle voiture de collection viens la responsabilité qui en incombe, celle de veiller à ce qu’elle soit protégée des voleurs.

Lors de vos ballades dominicales, vous devrez faire attention de ne pas l’abîmer, car la moindre pièce coûte un bras. Tout cela est chronophage et source de stress, de quoi empiéter sur l’allégresse d’un moment privilégié en famille.

Être minimaliste ne veut pas dire ne rien posséder et refuser le moindre plaisir.

Bien au contraire, une personne minimaliste qui souhaite avoir le plaisir de conduire ce petit bijou préférera louer le véhicule pour profiter de l’expérience sans en avoir la responsabilité sur la durée.

POURQUOI DEVENIR MINIMALISTE ?


Le bouddhisme prône un bonheur simple qui ne peut être bâti sur une richesse matérielle.

Le mode de vie minimaliste défend des principes similaires.

Pour un minimaliste, le bonheur est dans l’instant présent et l’expérience.

Il préférera donc conjuguer sa vie au verbe être en favorisant les expériences, plutôt qu’au verbe avoir en multipliant les possessions.

Les personnes qui se tournent vers cette philosophie recherchent avant tout à se simplifier la vie et à dire non à une société qui ne jure que par la consommation.

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir être mieux organisé, de passer moins de temps à entretenir sa maison et plus de temps à profiter de sa famille ?

Le minimalisme est aussi un système qui nous permet de déterminer notre projet de vie et grâce à de nombreuses petites actions, vous pourrez dégager assez de temps et d’argent pour réaliser ce rêve.

Devenir minimaliste apporte bien des avantages, ceci implique également de désencombrer son intérieur pour plus de clarté, gagner du temps et faire de nombreuses économies.

EST-CE QUE TOUT LE MONDE PEUT DEVENIR MINIMALISTE ?

Le minimalisme est une philosophie de vie qui nous invite à apprendre à vivre mieux avec moins.

Oui, n’importe qui souhaitant se délester du superflu et se concentrer sur ce qui est vraiment essentiel peut devenir minimaliste.

Il suffit pour cela de s’informer, et de suivre les étapes une à une pour apprendre à dire NON aux objets ou relations toxiques, apprendre à s’organiser et désencombrer sa maison.

Mais attention, le minimalisme n’est pas une doctrine, l’objectif est d’apprendre à vivre mieux avec moins, mais c’est à vous de l’adapter à votre quotidien et d’avancer pas à pas.

Que vous soyez célibataire, parent d’une famille nombreuse, voyageur nomade… Que vous possédiez ou ne possédiez pas une maison, toute personne à la possibilité de minimaliser son mode de vie à son échelle.

Mais je vous préviens, le minimalisme l’essayer c’est l’adopter !

COMMENT DEVENIR MINIMALISTE ?

Pour devenir minimaliste, il faut suivre plusieurs étapes :

Tout d’abord déterminer son essentiel c’est-à-dire le projet de vie qui va être votre file d’Ariane pour vos décisions futures. C’est le pourquoi !

Puis analyser votre rapport à la consommation.

Nous ne sommes pas tous égaux devant notre rapport à la possession, notre vie, notre éducation nous ont parfois façonnés à trouver plus de valeur dans un objet plutôt que dans une action.

Le minimalisme vous ouvre le chemin inverse en préférant assouvir ses besoins plutôt que ses envies.

Lorsque que vous entrez dans un magasin pour faire vos courses, il est primordial de se poser les questions suivantes avant de mettre un objet dans son caddie :

  • Est-ce que j’en ai besoin ?
  • N’ai-je pas déjà un objet capable de remplir la même fonction chez moi ?
  • Est-ce que je pourrais faire sans ?

C’est après avoir répondu à ces questions que vous saurez si cet objet a sa place sous votre toit.

Le minimaliste préférera toujours favoriser les expériences aux possessions.

Le fait est qu’une expérience est unique et une fois vécue, personne ne pourra vous la reprendre. Alors que l’objet peut être perdu, détérioré, attiser la convoitise et peut aussi vous être repris pour des questions d’agent.

L’accepter c’est en accepter sa responsabilité physique (son entretien), mais aussi mentale (sa sécurité).

Une étape importante dans votre démarche minimaliste consiste à désencombrer votre espace de vie de tout objet superflu.

Faire aussi le tri dans ses activités et ses relations pour ne conserver que celles qui nous apportent de la joie.

Devenir minimaliste c’est privilégier la qualité à la quantité, ne vous entourer que de personnes ou d’objets qui vous apportent du positif.

En redéfinissant vos priorités, vous apprendrez à gagner du temps, à économiser de l’argent et surtout vous bénéficierez d’une meilleure qualité de vie.

Le minimalisme est une aventure qui vous suivra tout au long de votre vie et vous permettra de devenir la meilleure version de vous-même.

lucile positiveessence.fr

Minimalisme : conjuguer sa vie au verbe être plutôt qu’avoir
5 (100%) 5 votes

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.